Nos dépenses Ponton et mouillage – Du 15 février au 31 juillet 2020

Pour ceux qui envisagent de partir bientôt, nous avons fait le choix des marinas qui sont plus pratiques pour nous.

Voici les tarifs pratiqués (par nuit) dans les ports pour notre Topoïs de 13.60 Mètres de long et 4.35 Mètres de large (notions prises sur l’acte de francisation même si en réalité Topoïs est plus long).

  • Las Palmas de Gran Canaria : 11.71 €

C’est dans le port de Las Palmas que nous sommes restés pendant 25 semaines en raison du confinement lié au Covid 19 et aussi à cause des restrictions de navigation.
Nous avons payé notre place dans la marina tout à fait normalement et n’avons pas eu de remise. Ce qui est logique puisque les services proposés par le port étaient les mêmes qu’en temps normal.

Ces petites informations peuvent, je l’espère, être utiles à ceux qui envisagent de partir bientôt…

Nos dépenses Ponton et mouillage – Janvier 2020

Pour ceux qui envisagent de partir bientôt, nous avons fait le choix des marinas qui sont plus pratiques pour nous.

Voici les tarifs pratiqués (par nuit) dans les ports pour notre Topoïs de 13.60 Mètres de long et 4.35 Mètres de large (notions prises sur l’acte de francisation même si en réalité Topoïs est plus long)

  • Marina Rubicón : 31.78 € 
  • Caleta del Sebo : 16.77 € (tarif applicable dans tous les ports référencés “Puertos Canarios”)

Ces petites informations peuvent, je l’espère, être utiles à ceux qui envisagent de partir bientôt…

Nos dépenses Ponton et mouillage – Novembre et Décembre 2019

Avec le départ de Porto Santo, les dépenses de marina augmentent. Mais on apprécie le confort et l’ambiance des pontons.

Voici les tarifs pratiqués (par nuit) dans les ports pour notre Topoïs de 13.60 Mètres de long et 4.35 Mètres de large (notions prises sur l’acte de francisation même si en réalité Topoïs est plus long)

  • Quinta Do Lorde : 31.89 € 
  • Gran Tarajal : 16.77 € (tarif applicable dans tous les ports référencés “Puertos Canarios”

Ces petites informations peuvent, je l’espère, être utiles à ceux qui envisagent de partir bientôt…

Nos dépenses Ponton et mouillage – Septembre et Octobre 2019

 

Porto Santo ou comment être économes en étant au ponton !

Voici les tarifs pratiqués (par nuit) dans les ports pour notre Topoïs de 13.60 Mètres de long et 4.35 Mètres de large (notions prises sur l’acte de francisation même si en réalité Topoïs est plus long)

  • Porto Santo : 4.47 € (c’est le tarif journalier pour un séjour de 1 mois)

Ces petites informations peuvent, je l’espère, être utiles à ceux qui envisagent de partir bientôt…

Nos dépenses Ponton et mouillage – Août 2019

Ce mois-ci, nous avons été raisonnables grâce à notre escale à Porto Santo !

Voici les tarifs pratiqués (par nuit) dans les ports pour notre Topoïs de 13.60 Mètres de long et 4.35 Mètres de large (notions prises sur l’acte de francisation même si en réalité Topoïs est plus long)

  • Sines : 30.21 € + 1 nuit au mouillage
  • Praiça de Belixe : mouillage
  • Lagos : mouillage
  • Portimao: 38.89 €
  • Porto Santo : 4.47 € (c’est le tarif journalier pour un séjour de 1 mois)

Ces petites informations peuvent, je l’espère, être utiles à ceux qui envisagent de partir bientôt…

Nos dépenses Ponton et mouillage – Juillet 2019

Ce mois-ci, nous avons explosé le budget !

Voici les tarifs pratiqués (par nuit) dans les ports pour notre Topoïs de 13.60 Mètres de long et 4.35 Mètres de large (notions prises sur l’acte de francisation même si en réalité Topoïs est plus long)

  • Portosín : 42.00 € (la première nuit) + 36.13 € (la deuxième et la troisième nuit) + 34.00 € (la quatrième nuit) : pourquoi ne pas faire plus simple ?
  • Pobra do Caramiñal : 40.00 € + 1 nuit au mouillage
  • Combarro : 50.00 € 
  • Portonovo : 30.60 €
  • Iles Cíes : mouillage
  • Baiona : 44.00 € 
  • Leixoes : 32.00 €
  • Figueira da Foz : 38.30 €
  • Nazaré : 34.00 €
  • Peniche : 27.97 € 
  • Cascais : 60.27 €

Ces petites informations peuvent, je l’espère, être utiles à ceux qui envisagent de partir bientôt…

Nos dépenses Ponton et mouillage – Juin 2019

Lorsque nous voyageons, l’argent reste le nerf de la guerre. Et nombreux sont ceux qui nous posent des questions quant au budget de cette aventure.

Nous ne rentrerons pas dans nos dépenses “alimentation, restaurant, etc…” qui peuvent être très variables d’un voyageur à l’autre en fonction de ses goûts et envies mais surtout en fonction de la composition de la famille.

Nous vous informons donc dans cet article des tarifs pratiqués (par nuit) dans les ports pour notre Topoïs de 13.60 Mètres de long et 4.35 Mètres de large (notions prises sur l’acte de francisation même si en réalité Topoïs est plus long)

  • Saint Vaast La Hougue : 53.40 €
  • Cherbourg : 48.30 €
  • Dielette : on n’a pas payé, la capitainerie était fermée
  • Saint Quay Portrieux : 41.00 €
  • Roscoff : 39.00 €
  • L’Aber Wrac’h : 38.60 €
  • Camaret sur Mer : 33.00 €
  • Concarneau : 34.00 €
  • La Corogne (Marina A Coruña) : 49.00 €
  • Muxía : 29.92 €

Ces petites informations peuvent, je l’espère, être utiles à ceux qui envisagent de partir bientôt…

Des sous, des sous !!! Comment limiter les frais bancaires à l’étranger ?

Comme vous pouvez vous en douter, pour voyager, on va avoir besoin d’un peu d’argent !
Il va falloir les payer les places de port, les bouées, les droits de douane, les bières, les rhums, les langoustes, les souvenirs, etc..

Vous l’avez peut-être déjà remarqué mais lorsque l’on est en voyage à l’étranger, le banquier est super content et n’hésite pas à nous ponctionner quelques euros pour nous remercier d’avoir fait fonctionner l’économie locale !

En effet, une des solutions les moins chères et les plus pratiques pour changer vos devises reste encore de retirer de l’argent dans un distributeur automatique une fois arrivé à destination. Mais retirer de l’argent dans un distributeur automatique engendre deux à trois types de frais :

Les frais de change

Imaginons que vous comptez voyager aux États-Unis. À l’heure où ces lignes sont écrites, 1 dollar américain vaut 0,86 euro (le cours des devises varie régulièrement, consulter le taux de change au moment de partir). Si le distributeur vous propose de retirer des dollars sur une base de 1 dollar = 0,86 euro, le distributeur vous facture donc 0,02€ de commission pour chaque dollar retiré. Si vous retirez 300 dollars au distributeur, le retrait vous coûtera 6€ de commission.

Les frais de retrait ATM

La majorité des banques françaises facturent des frais fixes à chaque retrait dans un distributeur automatique (ATM) à l’étranger, généralement de l’ordre de 3€. 

Les frais de distributeurs

S’il parait évident en France de pouvoir retirer de l’argent dans n’importe quel distributeur « gratuitement » ce n’est pas toujours le cas à l’étranger. En effet, installer et gérer un distributeur automatique a un certain coût pour les banques locales, qui les répercutent souvent sur leur client en leur demandant une commission, souvent comprise entre 1 et 5 dollars par retrait.

 

Donc il nous fallait trouver une banque 0 frais !! Cette banque existe, c’est la N26 !

 

 

La carte N26 est une carte Mastercard avec laquelle nous pouvons payer dans n’importe quelle monnaie sans frais.

La carte s’accompagne d’une application, très bien faite d’ailleurs, sur laquelle nous pouvons tout gérer. En fait, c’est une banque en ligne, ni plus ni moins. 

Cependant, elle s’adresse avant tout aux voyageurs et voyageuses, puisque nous pourrons faire tous les paiements par carte dans tous les pays du monde, et nous n’aurons pas de frais.

Enfin, en prenant la carte N26 Black, nous aurons des assurances voyages assez performantes !

Elle nous coûte 9.90 € par mois soit 118.00 € par an, elle est donc moins chère que la carte Gold MasterCard et nettement mieux.

Et puis, en plus, elle est jolie !! 

Bien sûr, comme nous sommes prudents, nous avons une deuxième carte qui nous permettra d’avoir une solution de secours en cas de perte ou de vol !

 

PS : pourquoi N26 ? Le nom de la banque vient du nombre de petits cubes composant un Rubik’s Cube “qui, à première vue, est difficile à manipuler. Mais quand on a le truc, cela prend quelques secondes. Les services bancaires, c’est pareil”

Le journal de bord – Il n’y a pas de petites économies – Partie 3

Pourquoi tenir un journal de bord ?

En dehors de l’obligation légale, c’est un document administratif extrêmement important, témoignant de tous les événements du bord et des mesures nécessaires prises durant la navigation. C’est la mémoire des événements.

Et c’est en cas d’avarie que ce document prendra sa plus grande importance. Selon la loi, il fait foi, jusqu’à preuve du contraire.

Comment le rédiger ?

Que doit-on mettre dedans ? Tous les éléments importants… En voilà un beau fourre-tout ! Alors, tâchons d’y voir plus clair car l’esprit de la loi veut faire appel au bon sens :

Nous y mettrons les notions liées au temps : le jour et l’heure.

  • Nous décrirons l’environnement aérien : le baromètre, l’état du ciel, la force du vent.
  • Nous reporterons l’environnement nautique : état de la mer, marée, cap, vitesse, coordonnées géographiques.
  • Nous consignerons l’environnement naval : l’allure, les voiles, le régime moteur, la capacité en carburant, le nombre d’heures moteur et les éventuelles avaries
  • N’oublions pas non plus le lieu et l’heure de départ, la destination et les escales.

Enfin, très important, nous renseignerons le rôle d’équipage. C’est-à-dire l’identification des équipiers et du skipper — en d’autres termes la personne en charge de la tenue du journal de bord et de la responsabilité de l’équipage et du bateau. Comme je suis en charge de la communication, je serai en charge de la tenue du livre de Bord (enfin sauf quand je dormirais…) !

Plutôt que de nous servir des livres de bord vendus (une petite fortune) dans le commerce et qui n’ont souvent qu’une toute petite place pour les infos les plus importantes et qui contiennent peu de pages, nous avons créé le nôtre ! 

 

 

Quelques photocopies et une reliure à mon bureau, nous avons 300 jours de navigation devant nous ! Et pour un prix défiant toute concurrence ! 

Conduire à l’étranger

Lorsque nous toucherons terre, il est fort probable que nous allions visiter.

Pour certaines îles, c’est simple : nous avons nos vélos pliants et les îles sont tellement petites que le tour sera assez vite fait.

Pour d’autres endroits, nous allons sûrement louer des voitures. Pour cela, nos seuls permis de conduire français ne suffiront pas.

Nous avons donc demandé nos permis de conduire internationaux.

La demande est assez simple et peut être réalisée par internet.

Il suffit d’aller sur le site du Service Public,  https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F11534 de scanner votre permis, votre justificatif de domicile et une pièce d’identité.

On envoie tout ça par mail et on reçoit un mail nous indiquant que notre demande va être instruite et 3 semaines après, nous recevons nos permis de conduite internationaux ! 

A nous les visites en voiture !!