Ma nouvelle passion par Mooring

Whaouf c’est Mooring !

Cela fait un moment que je n’avais pas posté d’article mais je n’ai pas beaucoup de temps. Entre les navigations, les balades et les siestes, je ne vois pas le temps passer.

Il faut que je vous dise que j’ai découvert une nouvelle passion depuis quelques semaines.

Avant quand on habitait au Havre, mon grand plaisir était de manger des moules sur les pontons. Vous allez me dire : quoi manger des moules sur les pontons ? Eh oui, les moules colonisent les pieux et les goélands attrapent les coquilles pour les jeter sur le sol. En tombant elles se cassent et les goélands mangent l’intérieur. Mais parfois, ils en laissent un peu et c’est super pour moi ! En me promenant, je peux me faire un petit en-cas super bon.
Bon, mes « parents » n’étaient pas vraiment contents car parfois je croquais les coquilles et des morceaux se mettaient entre mes dents ou dans mon palais. A chaque fois, il fallait aller chez le vétérinaire pour vérifier et je me retrouvais avec une piqûre dans la cuisse et des antibiotiques.  

En quittant Le Havre et ses pontons, c’était terminé la course sur les catways et les petites moules bien charnues.

En arrivant à Porto Santo, j’ai découvert un nouveau régal : les lézards !
Il y en a partout, ça grouille. Je ne connaissais pas ces bêtes là mais c’est assez joli. Il y en a des petits, des moyens et avec différentes couleurs. J’en ai même vu un qui avait deux queues.

On m’a dit que l’on pouvait leur couper la queue et qu’ils continuaient à vivre. Alors vous savez quoi, j’ai essayé. Ils vont vite mais j’ai réussi à en attraper quelques-uns et à appuyer sur leurs queues. Eh bien ils continuent de ramper même avec un morceau en moins. C’est incroyable et du coup, j’essaie tout le temps.
Bien sûr, je me fais disputer car ce n’est pas bien de maltraiter les animaux. « Mooring arrête ! Mooring ça suffit ! » En fait, je fais comme si je n’entendais pas et je continue de chasser les lézards. Ils arrivent à se faufiler entre des pierres mais comme j’ai l’odorat hyper développé, j’arrive à les débusquer. J’adore ce nouveau passe-temps !

Avant, quand on allait au restaurant de fruits de mer, Pôpa et Môman me donnaient une ou deux moules.
Mais nous ne sommes pas encore allés au restaurant de reptiles. C’est dommage, car je suis sûre qu’ils m’auraient donné un bout de lézard 🙂

Mooring et ses besoins naturels

Whaouf ! C’est Mooring !

J’espère que vous allez bien car moi, je me fais super bien à ma vie de navigatrice.

On est partis du Portugal avec mes parents pour atteindre une des 2 îles habitées de l’archipel de Madère : Porto Santo. Euh je ne savais même pas qu’on allait là car j’étais persuadée qu’on se rendait au Maroc. En fait c’est plus pratique pour mes papiers car on reste en Europe alors je peux circuler comme je veux.

Alors on a navigué pendant 457 Miles. Et vous êtes nombreux à poser une question à mes parents : « comment elle fait pour ses besoins ? ». Comme je suis la première concernée, je vais vous répondre.

Le premier jour, j’aime bien m’acclimater à une longue navigation. Alors je me repose, je reste dans mon panier, je décompresse quoi ! Je ne sais pas pourquoi mais je n’ai pas envie de faire mes besoins. Même si Pôpa et Môman me motivent, ça ne vient pas. Je ne veux pas qu’on m’embête et je reste tranquille.

Le deuxième jour, j’aime bien me dégourdir les pattes. Mais c’est dingue comme ça glisse à bord.  Si je vais à tribord, Topoïs fait tout pour que je me retrouve à bâbord et inversement. Et moi, le patinage artistique, eh bah je n’aime pas ! Je n’arrive pas à rester à ma place. C’est incroyable de ne pas pouvoir faire ce qu’on veut quand on est en navigation. Je ne sais pas comment ils font mes parents mais ils ne glissent pas, ça doit venir de leurs chaussures. Je vais commander les mêmes pour Noël 😉

Comme je suis un peu plus dynamique, je fais comprendre que j’ai envie de faire mes besoins. J’aboie, je tourne en rond, c’est le signal. Mes parents me mettent ma laisse et me disent « tu viens Mooring, on va se promener ». Tu parles d’une balade, c’est plutôt rapide. Y’a pas d’herbe, pas d’odeur d’autre chien, pas de réverbère. On va sur le pont au niveau de l’étrave, et j’essaie de trouver le moment opportun. Parfois, ça gîte alors je m’y reprends en plusieurs fois. C’est marrant parce que Môman a son gilet attaché à la ligne de vie et elle me tient avec ma laisse attachée aussi à la ligne de vie. On est super harnachées, pas vraiment confortable cette affaire. Ensuite on revient à l’arrière. Ils ont l’air super contents Môman et Pôpa car ils crient « bravo ma poupette, c’est bien, c’est super ma chérie », ils me caressent et me donnent une friandise. Ils sont drôles parfois, on croirait qu’ils sont gagas.

Alors après, ils font un truc en cachette mais je les ai vu faire. Ils prennent un seau d’eau pour retirer mon urine et jettent mes excréments à la mer. Il parait qu’il ne faut pas que je voie ça parce qu’après je risque de croire que ce n’est pas bien de faire ses besoins à bord.

Au fait, ils m’avaient acheté un morceau de fausse pelouse. Comme si j’étais nunuche au point de ne pas m’apercevoir que ce n’était pas de la vraie. En plus, ils avaient mis un spray attractif senteur herbe. L’horreur ! On n’a pas les mêmes narines, ça pue ce truc et ce n’est pas naturel. Il paraît que ça marche pour des copains et des copines mais moi je n’aime pas.

Après, je fais mes besoins à bord comme si j’étais dans un jardin. Je vis ma vie, quoi !

Voilà, je pense avoir répondu à votre question. Je vous laisse car il fait beau et je vais commencer ma séance de bronzage.

Ma vie de chien par Mooring

Moi c’est Mooring ! Je suis une Cavalier King Charles et j’ai eu 3 ans au mois de mai.

Mes parents (enfin mes maîtres) m’ont fait découvrir le bateau dès mes 2 mois. A peine arrivée dans leur vie, j’étais à bord.

Ils ont commencé à me parler de leur idée de voyage dès que j’étais en âge de comprendre et je me suis dit que ça pourrait être sympa.

Je connais plus la vie en mer que la vie à terre et j’aime plutôt ça.

Depuis que je suis toute petite, on fait plein de choses alors je suis habituée à voir du monde et du pays.
J’ai mon sac de transport et mes petites affaires de voyage.

Je travaillais au bureau avec Môman alors il a fallu que je dise au revoir à nos collègues : Amandine, Anne et Flora.

Et puis il a fallu que je fasse un câlin à mes copains et copines avant de partir. J’espère que je ne leur manque pas trop !

En mer, j’aide Pôpa pour la pêche. Je vérifie les hameçons. 

Si besoin, je peux aussi surveiller le barbecue. On ne sait jamais si une mouette voulait voler les morceaux de viande.

Parfois on fait du vélo alors mes parents m’ont acheté des lunettes de soleil car j’avais mal aux yeux avec le vent. 

 

Comme on marche beaucoup et que je suis fatiguée, Môman et Pôpa ont toujours une idée pour me transporter

Avant de partir en long voyage, je suis allée chez le coiffeur.

Mais maintenant c’est Môman qui me couper les poils. Elle se débrouille pas mal.

Parfois, je peux regarder la télé.

Quand mes parents sont partis faire les courses alors je les attends derrière la porte et ils me donnent une friandise à leur retour.

Pour partir, j’ai aussi vu le vétérinaire qui m’a donné mon carnet de santé, mon passeport et mon certificat de bonne santé. Je vais en revoir un autre aux Canaries apparemment. Mais on vous expliquera tout ça dans un autre article. En fonction des pays, il faut donner des papiers, fournir des certificats,… Je ne m’en occupe pas car je ne suis pas trop “papiers”. Ça c’st le job de Môman !

J’ai mon gilet, je m’installe et on peut partir, je suis prête !

J’ai envie de voir la mer !